Études scientifiques

Efficacité du ginseng selon les études scientifiques

Le ginseng appartient aux plantes médicinales que l’on dit « adaptogènes ». Cela signifie notamment qu’il aiderait l’organisme à répondre aux déséquilibres et aux agressions dont il peut faire l’objet. Il a donc de multiples vertus et intérêts pour la science, les patients, et l’ensemble des personnes qui le consomment. Mais le ginseng est-il réellement efficace ? Qu’en disent les études scientifiques ?

La composition du ginseng

Pour comprendre les raisons qui poussent les scientifiques à se pencher sur le ginseng et ses effets, il faut s’intéresser à la composition de la plante. Les racines de ginseng contiennent des principes actifs, qui sont à l’origine de ses vertus sur l’organisme. Les racines de ginseng contiennent des vitamines (B1, B2, B12 et C1), des minéraux, des acides aminés et des acides gras essentiels. Mais pas seulement. Sa composition est plus riche et complexe qu’il y paraît !

Les ginsénosides

Les ginsénosides sont des principes actifs naturellement présents dans les racines de ginseng asiatique (Panax ginseng). Il s’agit de saponosides à structure stéroïdienne. On sait qu’il existe au moins une douzaine de ginsénosides différents. Ces substances actives ont des effets complexes, qui semblent dépendre de l’état de santé de celui qui les utilise. En effet, les saponines du ginseng (que l’on appelle donc ginsénosides) sont des substances actives reconnues comme étant des antioxydants, des stimulants et des neuro-protecteurs naturels. La qualité et l’efficacité du ginseng vont alors dépendre de sa concentration en ginsénosides, que l’on exprime alors couramment en mg/g de manière sèche.

Les ginsénosides ont des effets considérables sur le système nerveux central. On sait qu’il participe notamment à la régulation des canaux ioniques, et maintient un certain équilibre au sein des fonctions cognitives (1). Ils sont de puissants adjuvants immunitaires, adaptogènes et anabolisants pour l’organisme. Ce sont eux qui génèrent la majeure partie des bienfaits du ginseng sur la santé !

propriétés du ginseng

Les saponines

Les saponines (que l’on appelle aussi couramment « saponosides ») sont des molécules naturelles, que les végétaux et les animaux produisent. Il s’agit d’hétérosides complexes, qui appartiennent aux terpènes cycliques. On les retrouve dans la composition de nombreux végétaux, dont le ginseng asiatique et les autres variétés de ginseng (2). Les saponines sont dotées de propriétés tensioactives, et de propriétés médicinales considérables qui participent à la réputation du ginseng à travers le monde.

Un ginseng de qualité doit toujours être hautement titré en ginsénosides et en saponines. Les meilleurs produits contiennent entre 10 et 15 mg/grammes de ginsénosides. Quant aux saponines, elles doivent présenter un taux compris entre 80 et 100 mg/gramme, voir plus.

Les autres composés actifs du ginseng

Le ginseng asiatique de qualité se distingue par une composition très riche et active. Dans sa composition se trouvent notamment de la nicotinamide et de l’acide pantothénique. Différents polysaccharides (amidon, glycanes, oligosaccharides et peptidoglycanes) se trouvent également dans sa composition. Et ce, même si la composition des différentes espèces de ginseng peut varier en fonction de nombreux critères (provenance, âge au moment de la récolte, etc.).

Quelques autres composés d’hétérosides sont aussi présents dans cette racine. Les triterpènes tétracycliques et le dammarane sont notamment réputés pour posséder des vertus similaires aux saponosides. On estime également qu’une racine de ginseng contient entre  1,5 à 8 % de panaxosides. Il s’agit notamment du protopanaxatriol (Re, Rg1 et Rg2), et du protopanaxadiol (Rb1, Rb2, Rc, Rd et Rg3). Enfin, le ginseng ne s’arrête pas là puisqu’on retrouve également dans sa composition les stérols et les œstrogènes.

L’efficacité du ginseng démontrée par les études scientifiques

Des études scientifiques sont menées depuis près d’un demi-siècle sur le ginseng asiatique. Elles ont notamment pour visée d’infirmer ou de confirmer les bienfaits soupçonnés sur ginseng sur la santé. Et leurs résultats sont très évocateurs, ou du moins, prometteurs !

ginseng études scientifiques

Une plante adaptogène selon les études scientifiques

En 1947, un scientifique russe du nom de Lazarev a créé le terme « adaptogènes » pour décrire les plantes et les substances capables de lutter contre les différentes formes de stress qui affectent l’organisme. Mais aussi pour y rétablir l’équilibre. Cette description se rapproche énormément du concept chinois de « Tonique ». Selon la définition de Lazarev, une plante (ou une substance) adaptogène permet d’accroître la résistance de l’organisme face aux stress qui l’atteignent. Et ce, de manière générale et non spécifique. Ce concept semble parfaitement correspondre aux effets du ginseng observés au cours des différentes études cliniques (3-4). Au cours des essais réalisés, les extraits de ginseng semblent avoir permis d’améliorer les fonctions cognitives chez les personnes atteintes par le stress ou la fatigue.

Le renfort de l’immunité

On présente souvent le ginseng asiatique comme une plante stimulante pour nos défenses naturelles. De nombreux essais réalisés sur la plante révèlent que le ginseng stimule le système immunitaire de manière générale, chez les animaux et chez les humains. Les sujets vaccinés contre la grippe et ayant consommé des extraits de ginseng asiatique (5) ou américain (6) ont considérablement réduit le risque de contraction d’une infection respiratoire.

D’autre part, des essais cliniques ont été réalisés au Canada sur des personnes atteintes d’un rhume. La consommation de ginseng s’est avérée efficace pour réduire l’intensité et la durée des symptômes de la maladie (7).

Le ginseng et le contrôle de la glycémie

Les données à ce sujet sont intéressantes, mais elles manquent encore de précisions. En effet, différentes études ont été menées pour confirmer la réelle efficacité du ginseng sur le taux de glucose sanguin des personnes atteintes de diabète. Selon les plus récentes synthèses, le ginseng a eu un effet bénéfique dans la majeure partie de ces études (8) ! Un protocole de traitement doit cependant encore être déterminé lors d’essais cliniques supplémentaires.

Un traitement adjuvant face au cancer

Des études in vitro et réalisées sur les animaux ont permis de souligner la présence d’une activité anti-cancer dans certains ginsénosides présents dans le ginseng (9). Les chercheurs estiment donc que cette plante peut être utilisée comme traitement adjuvant à la maladie, notamment pour contrer des effets secondaires de la maladie et de ses traitements, à l’image de la fatigue extrême. Les patients qui ont pris une dose de ginseng ont rapidement constaté une amélioration de leur forme et de leur bien-être général. Un autre essai a aussi souligné l’amélioration des conditions de vie des patients avec la consommation de ginseng (10).

ginseng études scientifiques

À ce même chapitre, le ginseng pourrait être utilisé en prévention et en traitement du cancer. Aujourd’hui, on ne dispose que d’études menées en Asie, mais la recherche se poursuit. Il en est de même pour les autres propriétés du ginseng sur la santé : l’amélioration des performances physiques et du bien-être général, une réduction des symptômes liés à la ménopause ou encore, la stimulation de la fonction sexuelle. La majeure partie des études réalisées à ce jour font état d’une efficacité confirmée, prometteuse ou soupçonnée du ginseng et de ses composants sur la santé !

Ce que pensent les autorités de santé du ginseng

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’usage du ginseng dans l’amélioration des capacités mentales et physiques en cas de fatigue, de troubles de la concentration et d’épuisement. Mais également chez les personnes en convalescence. L’OMS considère d’ailleurs que l’usage du ginseng est courant dans le traitement des troubles de l’érection, dans la protection du foie ou dans le traitement des ulcères gastriques.

La Commission E. reconnaît également l’usage du ginseng asiatique comme un stimulant et tonique naturel de l’organisme. Elle en recommande alors l’usage en cas de faiblesse, de fatigue, de difficultés de concentration ou de travail, ainsi qu’en période de convalescence, comme l’OMS.

Le NIH considère que les vertus prêtées au ginseng sont fondées sur de bonnes évidences scientifiques. Il en reconnaît donc l’usage dans le cadre du contrôle de la glycémie (diabète de type 2), dans la prévention des maladies cardiovasculaires et dans la stimulation du système immunitaire, en particulier en cas d’infections respiratoires.

Enfin, l’ESCOP (la Coopération scientifique européenne en phytothérapie) reconnaît l’utilisation du ginseng asiatique comme solution face à la diminution des capacités mentales et physiques en cas de troubles de la concentration, d’épuisement, de fatigue ou de convalescence.

Études scientifiques et références

  1. Nah SY, Kim D.H., Rhim H. Ginsenosides: are any of them candidates for drugs acting on the central nervous system? CNS Drug Rev 2007 Winter.
  2. K. Hostettmann & A. Marston Saponins; Cambridge University Press, Cambridge, 1995.
  3. Ginseng for cognition. Geng J, Dong J, et al. Cochrane Database Syst Rev 2010.
  4. Kennedy DO, Scholey AB. Ginseng: potential for the enhancement of cognitive performance and mood. Pharmacol Biochem Behav. 2003.
  5. Efficacy and safety of the standardised Ginseng extract G115 for potentiating vaccination against the influenza syndrome and protection against the common cold. Scaglione F, Cattaneo G, et al. Drugs Exp Clin Res, 1996.
  6. A placebo-controlled trial of a proprietary extract of North American ginseng (CVT-E002) to prevent acute respiratory illness in institutionalized older adults. McElhaney JE, Gravenstein S, et al. J Am Geriatr Soc. 2004.
  7. Efficacy of an extract of North American ginseng containing poly-furanosyl-pyranosyl-saccharides for preventing upper respiratory tract infections: a randomized controlled trial. Predy GN, Goel V., et al. 2005.
  8. Systematic review of the effects of ginseng on cardiovascular risk factors. Buettner C., Yeh G.Y., et al. Ann Pharmacother. 2006.
  9. Chang YS, Seo EK, et al. Panax ginseng: a role in cancer therapy? Integr Cancer Ther. 2003.
  10. Effects of sun ginseng on subjective quality of life in cancer patients: a double-blind, placebo-controlled pilot trial. Kim J.H., Park C.Y., Lee SJ. J. Clin Pharm Ther. 2006.
Bouton retour en haut de la page
Fermer