Ginseng

Les différences entre le ginseng rouge et le ginseng blanc

Ginseng blanc ou rouge : lequel faut-il privilégier ?

Lorsqu’on recherche un ginseng asiatique de qualité et des produits à base de cette racine, on se retrouve souvent confronté à différentes variétés de plantes. Bien souvent, du ginseng blanc ou rouge nous est proposé par les commerçants. Il s’agit de la même racine et pourtant, le ginseng blanc et le ginseng rouge se montrent assez différents sur certains points très importants. Alors, quelles sont les véritables différences entre ces deux types de ginseng ? Lequel faut-il choisir en priorité ? Réponses.

Ginseng blanc ou rouge : un mode de conservation différent

Les propriétés thérapeutiques du ginseng ne sont plus à prouver. D’ailleurs, nous y revenons en détail dans une page entièrement dédiée aux nombreux bienfaits du ginseng asiatique. En premier lieu, ce qui différencie le ginseng blanc du ginseng rouge, ce sont leurs procédés de fabrication. Température de séchage, âge de la plante au moment de la récolte, processus de transformation et de conservation, traitements éventuels… Tous ces critères influent sur la couleur finale de la racine du ginseng asiatique. Ainsi que sur sa composition et ses effets.

Le ginseng blanc : un processus naturel

Le ginseng blanc est une racine de ginseng que l’on a uniquement séché au soleil. En effet, pour être consommées et commercialisées avec l’appellation « ginseng blanc », les racines issues des plantes sont récoltées avant d’être pelées, nettoyées et séchées au soleil. Dans ce cas très précis, les racines sont collectées lorsqu’elles ont atteint l’âge de quatre ans. Quatre ans correspondent à l’âge minimal pour obtenir un ginseng asiatique de qualité, et suffisamment mature. De plus, le processus de séchage que l’on applique aux racines se fait à une température douce, alors comprise entre 30 °C et 40 °C.

ginseng blanc et ginseng rouge

Il faut savoir que la racine de ginseng n’est pas naturellement blanche. C’est le processus de fabrication et le mode de conservation de la plante qui influent sur sa couleur. Elle est naturellement plus foncée et s’éclaircit en séchant. Le temps de conservation d’une racine de ginseng blanc peut atteindre un an. La racine se conserve alors dans un endroit aéré et frais, afin de conserver l’ensemble de ses propriétés et de ses principes actifs.

D’autre part, il convient de souligner que les racines de ginseng blanc s’avèrent très sensibles et vulnérables, notamment face aux moisissures, aux attaques d’insectes et à la fermentation. Les racines de mauvaise qualité sont généralement celles que l’on traite avec des pesticides chimiques afin d’optimiser leur durée de conservation.

Le ginseng rouge : un processus traditionnel

Le ginseng rouge fait l’objet d’un processus de fabrication différent, et bien plus long que celui du ginseng blanc. Il est donc aussi plus onéreux, mais permet d’obtenir du ginseng de bien meilleure qualité. En premier lieu, il convient de souligner que le ginseng rouge est récolté lorsqu’il atteint l’âge de six ans (contre quatre ans pour le ginseng blanc). On ne récolte jamais le ginseng rouge avant que celui-ci ait atteint cet âge de maturité, qui est garant d’une véritable qualité nutritionnelle pour la plante. Une fois encore, la racine n’est pas rouge lors de la récolte. Elle le devient sous l’effet de son mode de conservation.

On obtient du ginseng rouge par le biais d’un processus de conservation traditionnel de Corée. Ce dernier consiste alors à plonger les racines de ginseng dans un liquide élaboré avec du sucre et quelques autres ingrédients. Ensuite, les racines sont étuvées. Le tout, à l’aide d’une source de vapeur. Ainsi, les racines adoptent une couleur qui oscille entre le rougeâtre et le brun. Cette couleur est caractéristique du mode de conservation traditionnel coréen. Et ce dernier permet d’obtenir du ginseng de haute qualité, qui préserve l’ensemble de ses bienfaits et de ses principes actifs. Et il se conserve ainsi durant plusieurs années !

De plus, comme il est récolté à un âge plus avancé et que son processus de conservation est plus élaboré, le ginseng rouge de Corée est considéré comme plus résistant que le ginseng blanc. Il est moins sensible aux parasites, aux champignons ou à la fermentation. Il n’est donc pas nécessaire de le traiter avec des pesticides ou des produits chimiques. Le ginseng rouge est donc assez différent du ginseng blanc, et on considère qu’il contient de plus grandes concentrations de principes actifs.

Des propriétés qui diffèrent entre ginseng rouge et ginseng blanc

D’une manière générale, on considère que toutes les variétés de ginseng permettent de tonifier le QI. Mais aussi qu’elles stimulent et augmentent l’immunité (1). Cependant, il existe des différences notables entre les propriétés du ginseng blanc, et celles du ginseng rouge. C’est au niveau des molécules que ces deux variétés contiennent que tout s’opère : les saponines.

Ginseng blanc ou rouge

Les saponines contenues dans le ginseng

Il existe deux types de saponines : les saponines de type Rb, et celles de type Rg. Les premières ont pour effet de favoriser un meilleur équilibre des fonctions de notre organisme. Anxiété, stress, forme, tension, mémoire, etc. (2). Les secondes agissent essentiellement sur la fatigue et le manque d’énergie (3). Le ginseng rouge est chauffé à la vapeur, ce qui a pour effet de le délester d’une part importante de ses saponines Rb. Il est donc majoritairement considéré comme un énergisant, et non pas comme un équilibrant. Le ginseng blanc, quant à lui, subit des températures de séchage moins importantes, ce qui en fait un ginseng plus « équilibré ». Cependant, ses effets sont moins ressentis que ceux du ginseng rouge. Et ce, parce que ses molécules actives s’assimilent un peu moins bien.

Des propriétés différentes

Les propriétés générales du ginseng demeurent les mêmes, qu’il soit rouge ou blanc. Cependant, le ginseng rouge de Corée possède plusieurs avantages en comparaison du ginseng blanc. Sa récolte tardive et son mode de conservation le dotent d’une concentration finale plus importante en ginsénosides et en saponines. Le processus de conservation du ginseng rouge permet de préserver ses propriétés et principes actifs. La richesse en substances actives du ginseng rouge fait sa réputation à travers le monde. Celles-ci s’assimilent parfaitement par l’organisme, et s’avèrent très efficaces sur un plan purement thérapeutique. Les deux couleurs de ginseng favorisent l’énergie masculine (Yang), mais de manières assez différentes. En effet, le ginseng rouge aurait tendance à tonifier le QI de manière plus conséquente que le ginseng blanc.

Un stimulant, et un équilibrant

Les deux types de ginseng sont intéressants. Comme ils proviennent de la même plante, et de la même racine, ils sont très semblables. Le ginseng rouge de Corée conserve majoritairement des principes actifs stimulants pour l’organisme. Il est plus dynamisant pour l’organisme, ce qui explique que ses bienfaits sont généralement plus ressentis par les consommateurs. Son procédé de transformation améliore la biodisponibilité des principes actifs du ginseng. Les ginsénosides sont alors mieux absorbés par l’organisme.

Quant au ginseng blanc, il se compose essentiellement de principes actifs antistress et stimulants. On considère donc que le ginseng rouge de Corée est un puissant stimulant, alors que le ginseng blanc est un équilibrant naturel de l’organisme. D’ailleurs, le ginseng blanc est la manière la plus naturelle de consommer du ginseng. Même s’ils restent deux produits parfaitement naturels. Pour faire un choix, il faut avant tout vous intéresser aux effets et aux bienfaits de ces deux types de ginseng. Que recherchez-vous en consommant cette plante ?

ginseng blanc et ginseng rouge

Ginseng blanc ou rouge : lequel faut-il privilégier ?

Vous l’aurez compris, il est légitime de considérer le ginseng rouge de Corée comme le plus intéressant d’un point de vue nutritionnel et thérapeutique. Si le ginseng blanc possède d’importants atouts, il n’offre pas les mêmes degrés de concentration de principes actifs que le ginseng rouge. Ses effets sont donc moins importants, et moins ressentis lors des cures.

Le ginseng rouge est plus onéreux que le ginseng blanc en raison de son mode de conservation plus complexe et de ses qualités. Mais il se conserve aussi plus longtemps. On ne peut pas dire qu’il existe de « meilleur ginseng », ou de « meilleure couleur » de ginseng. Tout dépend essentiellement des bienfaits et des effets recherchés dans le ginseng asiatique. Puisqu’on sait aujourd’hui qu’ils agissent de manières différentes sur l’organisme, tout en étant assez similaires.

Qu’il soit blanc ou rouge, il est essentiel de ressentir les effets du ginseng. À ce titre, il convient de bien le choisir (origine, mode de conservation, bienfaits recherchés, absence de traitement chimique, etc.). Pour vous aider à choisir un véritable et authentique ginseng, nous revenons en détail sur les caractéristiques d’une racine de qualité. N’hésitez pas à consulter notre page dédiée pour en apprendre plus et faire le bon choix ! Mais si vous le souhaitez, vous pourrez aussi alterner entre des cures de ginseng blanc et de ginseng rouge afin de profiter de tous les bienfaits de la plante.

Ginseng blanc ou rouge : ce qu’il faut retenir

Consommer du ginseng asiatique peut s’avérer très bénéfique pour la santé générale et l’énergie. Mais encore faut-il bien le choisir ! Le ginseng rouge et le ginseng blanc présentent un mode de conservation et des propriétés différentes. Il revient donc à chacun d’entre nous de se tourner vers le ginseng capable de répondre à ses besoins.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer